Mots du président

Les chambres de commerce ont investi dans une plateforme de partage baptisée ‘Connects’

Posted on Posted in CCI Luxembourg Belge, Mots du président

Le réseau vous offre une ouverture sur le monde, rien que ça !

Les chambres de commerce vous proposent donc le monde même si, pour beaucoup, le monde c’est déjà la commune voisine, la province d’à-côté, la région qui jouxte la leur… Qu’importe donc vos ambitions, vos stratégies, l’outil existe, il entend aider ceux qui veulent collaborer, qui veulent partager, qui veulent s’ouvrir… bref tous ceux parmi vous qui veulent utiliser la force de notre vaste réseau pour croître !

Car les chambres de commerce, on l’oublie un peu trop souvent, c’est avant tout un immense réseau d’entrepreneurs et d’entreprises. Et, à l’ère du digital, ce réseau est aujourd’hui planétaire. Pourquoi donc ne pas en profiter ? La Chambre a du coup investi dans un outil qui devrait permettre à ses membres de trouver – gratuitement ! – de nouveaux partenaires, qu’ils soient distributeurs, fournisseurs, producteurs… et ce aussi bien en Wallonie, qu’en Flandre, en Allemagne, au Grand-duché, aux Pays-Bas, aux quatre coins de l’Europe, bien sûr, ou même dans les recoins reculés de la planète !

Profiter du réseau mondial des chambres de commerce…

Précisons d’emblée que ce qui est proposé là, c’est un vrai service supplémentaire online – sans aucune contrepartie financière pour les membres donc – qui s’ajoute à ceux dont bénéficie déjà le ‘membership’ des CCI, via sa cotisation annuelle. Mais se limiter aux seuls membres, c’est aussi fermer le réseau à tous ceux qui ne font pas partie des 12.000 chambres à travers le monde, et donc faire perdre de l’attrait au produit qui se veut le plus ouvert possible. Il en résulte que les non-membres n’ont pas été oubliés, il leur sera également loisible de se connecter au réseau interactif mondial (un service payant évidemment pour eux), le modérateur de la CCI validant toutefois, les concernant, leur connexion après analyse…

… et intégrer des entreprises venues d’ailleurs !

Mais venons-en maintenant au coeur du sujet en insistant sur le fait que cette plateforme – propre (et exclusive !), rappelons-le, aux chambres de commerce – invite à la mise en relation d’entreprises fiables (puisque les profils sont validés par les CCI elles-mêmes) et au développement d’opportunités d’affaires. L’intérêt notable, c’est qu’il n’y a ni exclusive, ni obligation dans le chef de qui que ce soit, on ne s’arrêtera donc ni à la taille, ni au(x) métier(s), ni à la localisation des prospects, sachant que des liens ont également été tissés avec des plateformes publiques à travers de nombreux pays… ouvrant inévitablement des brèches tous azimuts.

Des mots-clés pour avancer…

Concrètement, les entreprises enregistrées sur Connects (aur) ont la possibilité, que ce soit pour alimenter leur(s) base(s) de données prospects ou partenaires, de faire des recherches à partir de mots-clés (prenons l’exemple des termes bière ou bois), mais aussi d’affiner le résultat d’un point de vue géographique, c’est-à-dire par pays, par région… jusqu’à trouver celui qui s’intégrera le plus opportunément dans la dynamique stratégique globale ou particulière. D’un point de vue technique, il n’est pas inutile de préciser que la plateforme s’appuie sur les avancées de l’intelligence artificielle (IA) pour répondre à tous les besoins des entrepreneurs (indépendants et/ou patrons) ; des opportunités leur seront d’ailleurs régulièrement proposées en regard des recherches entreprises antérieurement par chacun.

Toujours prêt !

Et ce n’est pas (encore) tout : la plateforme sera aussi réactive, c’est-à-dire qu’elle permettra naturellement d’identifier toutes les nouvelles opportunités publiées quotidiennement, alors que les utilisateurs publieront, eux, bien sûr, leurs propres demandes, solutions et/ou opportunités au(x) moment(s) propice(s). À contrario, toute entreprise souhaitant rester anonyme, entre autres pour ne pas éveiller les soupçons de la concurrence quant à ses volontés, défis et ambitions, pourra également le faire en ne se dévoilant pas nommément.

Facile et dans sa langue !

Côté linguistique, pas de tracas si vous ne maîtrisez pas la langue de Shakespeare ! En effet, le moteur est disponible dans de nombreuses langues, dont le français bien sûr. Dans les faits, un traducteur automatique aide l’utilisateur à effectuer ses recherches en traduisant les mots-clés en fonction des marchés visés. Si le mot bière fait par exemple l’objet d’une recherche, toutes les entreprises actives dans ce secteur, et/ ou toutes les opportunités contenant ce mot, vous seront proposées indépendamment de la langue de publication de départ. Ne vous étonnez donc pas si des opportunités de partage contenant le mot « beer », « bier », « cerveza » ou encore « birra » apparaissent dans vos résultats si, en lançant vos recherches, vous n’avez pas ciblé un pays en particulier. Ajoutons que la messagerie interne est également dotée d’un outil de traduction, ce qui vous permet de contacter votre futur partenaire dans votre propre langue, encore une autre fonctionnalité qui lève une barrière supplémentaire pour les usagers unilingues.

Vous êtes convaincu ?

En tant que membre de la Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge, votre effort est minime quant à ce produit neuf qui est, répétons-le, entièrement gratuit. Pour faire simple, nous vous annonçons déjà que vous recevrez dans les prochaines semaines un lien personnel vous invitant à vous connecter. Ce n’est ni un ‘fake’, ni une usine à gaz, non c’est ce nouvel outil ! Notez-le aussi, nous avons fait une démo du produit, le mercredi 4 mars, dans nos locaux, afin de vous familiariser avec ce nouvel outil que nous qualifierons de ‘révolutionnaire’ ou à tout le moins de très opportun, histoire d’en saisir tout le potentiel… qui est vraiment, selon nous, exceptionnel.

Visionnez la séquence…

Plus d’infos ?
Modérateurs : Corine Giandou 061 29 30 40 – Stéphanie Wanlin 061 29 30 43

CCI WALLONIE DANS UN NOUVEAU PROJET EURAFRICAIN

Posted on Posted in Mots du président
Les autorités en charge du programme Archipelago viennent d’accorder une subsidiation à un projet auquel participe CCI Wallonie. Ce projet vise au développement d’un dispositif « formation en alternance – insertion professionnelle » dans quatre régions du Sénégal. Il est piloté par l’APEFE (opérateur de coopération pour Wallonie Bruxelles International) et comprend également dans le consortium les Chambres de Commerce sénégalaises de Dakar (déjà partenaire de CCI Wallonie), Djourbel, Kolda et Louga, ainsi que le Centre de formation et de recherche en Aquaculture (CEFRA) de l’Université de Liège et l’Office Sénégalais de la Formation Professionnelle. L’action est programmée pour 28 mois et représente un budget de 600.000 €.
CCI Wallonie intervient dans les actions suivantes du projet:
– mise en place d’une formation courte en entrepreneuriat
– formation de formateurs des chambres de commerce sénégalaises
– mise en relation des entrepreneurs, notamment sénégalais et wallons, ainsi que des chambres de commerce
– identification de services nouveaux au bénéfice des jeunes entreprises et candidats entrepreneurs
– appui à la mise en place de ces nouveaux services
– aide à la clusterisation.
Une action de proximité donc dans un pays émergent.
Pour en savoir plus sur Archipelago…
 
Le programme Archipelago, financé par l’Union Européenne dans le cadre de son Fonds d’Urgence pour l’Afrique vise à soutenir la création d’emplois, à la fois qualitatifs et durables, dans des pays de l’Afrique centrale et de l’Ouest (Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, Sénégal, Tchad).
 
Il tend ainsi à répondre aux difficultés engendrées sur le continent par l’exclusion économique et sociale, la marginalisation et les situations structurelles d’inégalité qui conduisent à la migration irrégulière. Il s’agit d’augmenter les capacités professionnelles ainsi que l’employabilité et les possibilités locales d’emploi, ce par le développement de capacités correspondant aux besoins du secteur privé. Le programme Archipelago appuie ainsi des partenariats euro-africains entre structures d’accompagnement des entreprises et établissements de formation professionnelle et technique.
 
Les moyens financiers du programme sont de 15 Mios € pour une période de 48 mois, à partir de décembre 2018, avec un objectif de 10.500 jeunes et entrepreneurs touchés. La taille financière des projets doit se situer entre 400.000 et 600.000 €.  Les résultats souhaités sont les suivants:
  • le secteur privé et les jeunes sont sensibilisés et conscients des opportunités offertes par la formation professionnelle;
  • la formation dispensée permet aux jeunes d’acquérir des compétences correspondant aux besoins du secteur privé et aux potentiels économiques identifiés;
  • le développement économique local et l’entrepreneuriat sont encouragés et le dialogue public-privé est amélioré.
Les partenaires au sein du consortium de gestion d’Archipelago sont SEQUA (agence de développement du secteur privé allemand), EUROCHAMBRES et la CPCCAF (Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones).

Un plus pour les entreprises tunisiennes et wallonnes

Posted on Posted in Mots du président

La Présidente et le Directeur Général de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Cap Bon (Tunisie) sont venus effectuer, du 2 au 5 octobre, une mission de partenariat auprès de leurs consœurs CCI de Wallonie et de Wallonie Picarde. C’est d’ailleurs la CCI WAPI qui constitue, dans le cadre de la Chambre Wallonne, le point de contact avec le Cap Bon, région tunisienne spécialisée dans les secteurs de la céramique (jumelage avec le Hainaut), de l’agro-alimentaire (par exemple la pomme de terre et 80 % de la production tunisienne de raisin) et du tourisme (1/4 de la capacité tunisienne d’hébergement touristique).

Les CCIs ont ainsi défini un programme de travail de 4 ans, portant sur les mises en contact d’entreprises, le partage d’expertises, expériences et bonnes pratiques ainsi qu’une approche sectorielle et de actions communes sur marchés tiers en Afrique.

Ce projet a été accepté par la commission mixte permanente Tunisie – Wallonie Bruxelles et bénéficie ds l’appui de Wallonie Bruxelles International: il confirme les entreprises et les Chambres de Commerce comme acteurs de développement.