Parce que votre ambition est de devenir…

Posted on Posted in CCI Luxembourg Belge

Etre un « bon manager »… ce n’est pas toujours simple.

Il arrive que certains managers ne se montrent pas à la hauteur de leur rang et soient déconnectés de la réalité. Il arrive aussi que certaines entreprises attribuent un titre et un statut à certains salariés sans certitude quant à leur capacités à mener des équipes.

Les moins bons managers…

  • Ne savent pas communiquer de manière efficace avec leurs collaborateurs. Ne montrant pas suffisamment d’assurance quand ils prennent la parole, ils n’ont pas la confiance de l’équipe.
  • Ne font pas preuve d’assez d’empathie et/ou de compréhension, et donc ne sont pas capables de soutenir leurs travailleurs lorsqu’ils traversent une période difficile.
  • Se montrent parfois incohérents et irréguliers dans leurs prises de décision ou de position : ne pas systématiquement réagir de la même manière face à une situation identique a pour conséquence de ne pas être pris au sérieux.
  • Sont considérés comme « ingrats »… en s’attribuant tout le mérite de la réussite de l’équipe (et parfois aussi en reportant les critiques sur les autres lorsque les résultats sont moins satisfaisants !).
  • Passent leur temps à scruter les moindres faits et gestes, donnant des ordres à longueur de journée. Ils n’accordent pas assez, ou pas du tout, d’autonomie à leurs collaborateurs pour qu’ils puissent donner le meilleur d’eux-mêmes.
  • Ne définissent pas d’attentes ni d’objectifs réalistes. Comment dès lors optimiser la productivité ?
  • Se comportent en stars, étant persuadés que les membres de l’équipe adorent leur art de la mise en scène, la lecture de leurs e-mails un peu décalés sur des sujets triviaux. Ils ne sont donc pas pris au sérieux…
  • Cultivent le favoritisme, même parfois le népotisme, et ne traite de la sorte pas tous les membres de l’équipe de la même manière.

Il peut être facile de jeter la pierre aux mauvais managers… Mais, ont-ils les bons outils pour mener leur rôle à bien ?

Si votre ambition est de devenir un patron, un cadre, un responsable… exceptionnel, capable de dynamiser, de motiver et d’organiser de manière efficace vos équipes. Si vous souhaitez pouvoir prendre les bonnes décisions, même sous pression. Si vous avez envie de faire le lien entre l’ensemble de vos travailleurs afin que tous ensemble vous puissiez exploiter au mieux tout le potentiel au service de votre entreprise, de votre département…

Bref, si vous souhaitez devenir un « Super Manager-Leader-Coach », cette aventure est faite pour vous !

Retrouvez toutes les informations avec quelques témoignages sur cette page.

Régime de chômage avec complément d’entreprise

Posted on Posted in CCI Luxembourg Belge

Revalorisation en 2021

Les compléments d’entreprise payés par les employeurs (ou par un Fonds social) doivent être adaptés à l’évolution des salaires conventionnels, ainsi que le plafond du salaire de référence et le seuil en matière de retenues.

Le montant du complément d’entreprise est calculé une seule fois au moment où le droit au complément d’entreprise prend cours. Hormis l’indexation, le montant du complément d’entreprise peut, en outre, être revu annuellement au premier janvier par le Conseil national du travail, en fonction de l’évolution conventionnelle des salaires.

Adaptation
Pour les travailleurs qui entrent dans le système dans le courant de l’année, l’adaptation en vertu de cette évolution des salaires est opérée en tenant compte du mois pris en considération pour la fixation du salaire mensuel brut qui sert de base au calcul du salaire net de référence. Chaque trimestre entre en ligne de compte pour le calcul de l’adaptation. Cette règle a pour but d’augmenter le pouvoir d’achat du chômeur avec complément d’entreprise.

Revalorisation 2021
Les compléments d’entreprise payés par les employeurs (ou par un Fonds social) en janvier 2021 doivent, cette année, être adaptés à l’évolution des salaires conventionnels, notre secrétariat social vous aidera à poser vos calculs.

Calcul des compléments d’entreprise à partir du 1er janvier 2021
En tout état de cause, pour effectuer le calcul des compléments d’entreprise des RCC prenant cours au plus tôt le 1er janvier 2021, il y a lieu de tenir compte du plafond de rémunération (un nouveau plafond de la rémunération mensuelle brute de référence est applicable à partir du 1er janvier: 4.179,43 euros), des allocations de chômage (depuis le 1er mars 2020, l’allocation de chômage maximum est de 53,40 euros par jour, soit 1.388,40 euros par mois) et des seuils (le montant total du RCC (c.à.d. complément d’entreprise + allocation de chômage), après déduction de la retenue personnelle (6,5%), ne peut pas être inférieur à un montant « plancher », à savoir en 2021 de 1.502,44 euros si le chômeur avec complément d’entreprise n’a pas de « charges de famille » et de 1.809,71 euros si le chômeur avec complément d’entreprise a des « charges de famille ».

Sources : GroupS, notre partenaire structurel de la CCI du Luxembourg belge

Voiture de société

Posted on Posted in CCI Luxembourg Belge

Toujours plus lourdement taxée !

On ne va pas se mentir, la voiture de société est depuis longtemps proie à toutes les envies taxatoires et l’élément facile sur lequel on tombe, sous différents prétextes, pour justifier ici une fiscalité plus égalitaire, là des envies – contestables ! – en matière de développement durable.

Ajoutez-y, aujourd’hui, la folie du télétravail qui met à nouveau cet avantage tant décrié à mal. Et ce n’est pas les nouveaux taux d’émission de CO₂ – de référence pour 2021 – qui vont inverser une tendance sans retour.

Du neuf encore en 2021 !
Au 1er janvier, les émissions de référence – autrement dit les valeurs CO₂ – sont en effet passées de 91 à 84 g/km (-7,7 %) pour les voitures diesel et de 111 à 102 g km (-8,1%) pour les voitures à essence ou à gaz (ainsi qu’hybrides et plug-in hybrides essence). Ces valeurs sont, inutile d’insister, très fortement à la baisse. En conséquence, les ATN vont augmenter en 2021. Et plutôt beaucoup d’ailleurs ! L’ATN minimum a quant à lui été indexé d’1 % cette année, passant de 1.360 à 1.370 euros par an.

Un avantage qui l’est toujours de moins en moins…
On rappellera que lorsqu’un employeur met une voiture de société à usage personnel à la disposition de son travailleur ou dirigeant d’entreprise, un avantage de toute nature (ATN) imposable – soumis au précompte professionnel – est créé dans le chef du bénéficiaire. La valeur de l’avantage est ajoutée au montant des rémunérations et soumise aux tranches normales du précompte professionnel. En principe, les avantages de toute nature sont imposables pour leur valeur réelle pour le bénéficiaire. Pour les voitures de société, la valeur est toutefois déterminée de manière forfaitaire. Et depuis une dizaine d’années, on rogne volontiers sur les acquis. On signalera quand même que pour les voitures purement électriques, l’avantage est toujours calculé sur 4 % de la valeur catalogue. Pour les hybrides d’une capacité de batterie inférieure à 0,5 kWh par 100 kilogrammes de poids du véhicule achetés après le 1er janvier 2018, l’avantage sera calculé, à partir de 2020, sur la base de l’indice d’émission de CO₂ du modèle essence ou diesel correspondant.

Calcul
Pour calculer votre ATN, vous devez tenir compte de la valeur catalogue x le quotient d’âge x (5,5 + (0,1 x (émission de CO₂ – émission de référence))) x 6/7. Ce mode de calcul est basé sur les articles 39 et 47 de la loi du 28 décembre 2011 (Loi portant des dispositions diverses) telle que publiée au Moniteur belge du 30 décembre 2011 et qui a été modifiée par la loi-programme du 29 mars 2012.

Grille de calcul

  • DIESEL – Prix catalogue x [5,5 + (0,1 x (CO2 – 84) ] % x 6/7 x coefficient d’âge de la voiture
  • ESSENCE, FULL HYBRIDE, « FAUX » PLUG-IN HYBRIDE, LPG ET CNG – Prix catalogue x [5,5 + (0,1 x (CO2-102) ] % x 6/7 x coefficient d’âge de la voiture
  • ELECTRIQUE/HYDROGÈNE, « VRAI » PLUG-IN HYBRIDE – Prix catalogue x 4 % x 6/7 x coefficient d’âge de la voiture