Nouvelles opportunités internationales

Posted on Posted in Mots du président

Avec ses fondatrices, les Chambres de Commerce locales, la CCI Wallonie vient ces derniers jours d’à nouveau poser des balises et nouer des partenariats internationaux pouvant présenter de l’intérêt…..ce dans 4 coins du monde.

  • Tout d’abord, à un jet de pierre de chez nous, avec le Nord de la France, en ayant l’objectif d’organiser une opération de mise en contact d’entreprises wallonnes et françaises (B2B). Avec l’appui de la CCI WAPI, Philippe SUINEN a pris contact avec les Présidents des Chambres de Commerce et d’Industrie de la Région Hauts-de-France et Lille Métropolitain, ainsi qu’avec la Chambre de Commerce Franco-Belge. Il a également présenté ce projet à Xavier BERTRAND, Président du Conseil régional Hauts-de-France, qu’il accueillait comme conférencier le 4 avril au Spa Waux-Hall Club. Ces rencontres directes des entreprises wallonnes avec des entreprises françaises, mais aussi flamandes, auront finalement lieu à l’occasion d’un événement transfrontalier organisé à Mouscron en avril 2020. Les voisins ont toujours de bonnes raisons pour bien s’entendre.

  • Ensuite avec le Québec, autre figure marquante de la francophonie économique. Une mission d’entreprises québécoises vient de rencontrer des entreprises wallonnes à Nivelles, au siège de la CCI du Brabant Wallon le 5 avril. À cette occasion, les Chambres de Commerce de Québec et de Wallonie ont convenu de poursuivre cette collaboration en mettant à disposition de leurs entreprises un corridor de contacts et d’échanges, afin de faciliter l’identification de partenariats potentiels et leur mise en œuvre.

  • D’autre part, des dirigeants de la Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture de Dakar (CCIAD) ont effectué, du 1er au 5 avril, une mission de benchmarking ayant pour base la CCI du Brabant Wallon. Les présentations respectives et les échanges ont débouché sur la signature de deux documents:
    – un accord cadre de coopération entre CCIA Dakar et CCI Wallonie, comptant parmi ses finalités la mise en contact d’entreprises wallonnes et sénégalaises ;
    – une lettre d’intention des deux Chambres avec l’APEFE quant à leur participation au programme européen Archipelago, centré sur la formation professionnelle et entrepreneuriale.

  • Enfin, l’autorité chargée de la gestion du Dialogue business entre l’Union Européenne et la Turquie a retenu, parmi les dossiers bénéficiant de son financement, le projet de la Chambre d’Industrie de Kocaeli et de la CCI Wallonie. Celui-ci vise à former les chambres de commerce turques à la sensibilisation et l’accompagnement de leurs entreprises en matière d’efficience énergétique. Des opportunités de contact avec des opérateurs turcs pourront ainsi être valorisées pour les entreprises wallonnes disposant de savoir faire dans ce créneau.

Ces nouveaux partenariats viennent élargir les possibilités pour les entreprises wallonnes de bénéficier du réseau mis en place par CCI Wallonie, comme c’est déjà le cas avec le CCPIT du Hunan (Chine), la CCIA de Vilnius (Lituanie), la CCI de Vojvodina (Serbie), la CCI du Bénin, la CCIS de Casablanca Settat et la CCI du Cap Bon (Tunisie).

QUÉBEC : JOURNÉE DE RÉSEAUTAGE AVEC UNE DÉLÉGATION D’ENTREPRISES

Posted on Posted in Mots du président

Dans le cadre d’une mission en Belgique de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Québec, nous avons le plaisir d’accueillir une délégation qui comprendra les dirigeants de la CCIQ ainsi qu’une dizaine d’entreprises de Québec

Organisateurs : les 5 CCI locales – Brabant Wallon, Wallonie Picarde, Hainaut, Liège Verviers Namur et Luxembourg Belge – composant la CCI Wallonie.

Partenaires : La Délégation Générale du Québec et CanCham BeLux

Québec : la Belle Province est en bonne forme économique, avec un taux de croissance oscillant depuis 2017 entre 2,5 et 3 %. Comme la Wallonie, le Québec fait partie de la francophonie économique et offre de nombreuses opportunités d’affaires dans des domaines d’activités très variés.

Découvrez la liste des participants.

Venez les rencontrer lors de notre journée de réseautage !

Faites plus ample connaissance lors des RV B2B individuels !

Quand : Vendredi 5 avril 2019

Où : CCI du Brabant Wallon– Parc d’affaires « Les Portes de l’Europe », Avenue Robert Schuman, 101 – 1401 Nivelles

PROGRAMME

9H30 : Accueil

10H00 : Présentation institutionnelle et économique de Québec et de la Wallonie. Intervenants : Philippe Suinen, Président de CCI Wallonie, Michel Audet, Délégué Général du Québec à Bruxelles, un représentant de la CCI de Québec et un représentant de la branche investissements étrangers de l’AWEX.

11H00 : Présentation des entreprises québécoises et RV B2B individuels

13H00 : Walking Buffet

14H00 : Fin

PARTICIPATION

  • Gratuit pour membres CCI et CanCham BeLux
  • 30 Euros pour les non-membres
  • Date limite de l’inscription : lundi 1eravril 

Lien d’inscription via Cancham Belux:

HTTP://WWW.CANCHAMBELUX.ORG/JOURNEE-DE-RESEAUTAGE-AVEC-UNE-DELEGATION-DENTREPRENEURS-QUEBECOIS/

INFOS 

Dominique Verleye, International Relations Manager CCI Brabant wallon

Contact : 067 89 33 32 – dominique.verleye@ccibw.be.

Rencontre Président CCI Wallonie et CCIS Casablanca Settat.

LA BELLE OPPORTUNITÉ MAROCAINE

Posted on Posted in Mots du président

Comme nous avons encore pu le constater à l’occasion de la récente mission économique belge, qui comprenait plus de 450 participants, le Maroc constitue une opportunité de choix pour nos entreprises.

Cela s’explique notamment par la proximité géographique (2 heures 30 d’avion) et humaine (1 habitant sur 20 de notre pays est marocain) ainsi que par notre francophonie commune. Mais aussi par les bons résultats économiques du Maroc (un taux moyen annuel de croissance de plus de 3,5 % ces dix dernières années), son dynamisme, son potentiel et des besoins de taille.

Au nom de la CCI Wallonie et de ses Chambres locales, Philippe SUINEN a signé  le 28 novembre dernier, en présence de la Princesse Astrid, un accord-cadre de coopération avec la plus grande Chambre marocaine, la Chambre de Commerce, d’Industrie et des Services de Casablanca – Settat, présidée par Yassir ADIL. Par ce texte, les Chambres prévoient de renforcer leur rôle de relais et accompagnateur des entreprises et de mettre en place des contacts PME par et avec les PME intéressées.

Ce partenariat vient renforcer significativement le réseau déjà établi par la CCI Wallonie, qui comprend la CCIA Vilnius (Lituanie), le CCPIT Hunan (Chine), la CCI Bénin, la CCI Cap Bon (Tunisie) et la CCI Vojvodina (Serbie).

La CCI Wallonie et les Chambres locales de Wallonie sont à la disposition des entreprises wallonnes pour les aider à entrer en contact avec des entreprises de ces territoires et le cas échéant tisser des relations de partenariat avec elles.

Accueil du Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Wallonie. 
Source: http://cciscs.ma/

Message aux nouveaux élus communaux et provinciaux

Posted on Posted in Mots du président

Vous avez accompli un acte courageux de figurer sur une liste et d’être dès lors candidats à l’exercice de responsabilités au niveau local. Votre engagement est important car il fait fonctionner la démocratie et son volet local, essentiel en termes de proximité et de respect du principe de subsidiarité (régler les problèmes au niveau le plus apte à les régler).

Ma recommandation est claire: n’ignorez pas les entreprises, soyez au contraire des élu(e)s proches d’elles. Le « pourquoi » et le « comment », intimement liés, peuvent tenir en quatre points.

1. Parlez très souvent avec vos entreprises

Il s’agit d’intégrer dans votre fonction l’établissement de relations permanentes avec les entreprises localisées sur votre territoire, quel que soit leur format: créer et maintenir un dialogue constant avec ce qui fait à la fois la richesse de votre commune ou de votre province et l’emploi de vos administrés.

La relation est à fonder sur la disponibilité et l’information réciproque:

– l’entreprise a besoin de pouvoir s’ouvrir à l’égard des élus aux difficultés notamment liées au territoire, en termes de mobilité, de formation, de relations sociales, de fiscalité, de sous-traitances, d’accueil administratif,…

– le dialogue peut conforter l’entrepreneur dans sa localisation, voire lui donner des arguments pour éviter une délocalisation;

– les élus devraient systématiquement consacrer une part tangible de leur temps à ces relations, confortant ou développant l’écosystème dont ils sont membres et acteurs à part entière.

2. Associez-les à votre gouvernance

Les entreprises elles-mêmes ont leur place dans la gouvernance, compte tenu notamment de la nécessaire redéfinition du périmètre de l’action publique et de l’affaiblissement graduel de la solidarité nationale. Leur intégration comme partenaires dans les plans stratégiques transversaux commerciaux ou dans les initiatives de contractualisation aux niveaux supracommunal et régional est essentiel.

Vous pourrez inventer avec elles des mécanismes nouveaux d’implication des entreprises aux différents niveaux de gouvernance afin d’optimiser le développement territorial et de créer ou renforcer un climat propice à la croissance de leurs activités et à la prise en compte de leur responsabilité sociétale. Cela vaut notamment par rapport aux 17 objectifs du Développement Durable (ODD), chantier ouvert en 2015 et mis en œuvre depuis 2016 par les Nations Unies. Ces ODD peuvent faire l’objet de partenariats d’opérationnalisation entre des entreprises et d’autres acteurs aux différents niveaux de gouvernance.

3. Simplifiez et allégez

On sait que les nœuds administratifs affaiblissent la compétitivité de nos entreprises et l’attractivité de la Wallonie. On comprend ainsi que les entreprises préfèrent des allégements de charges publiques, fiscales et/ou parafiscales à des subventions nécessitant toute une machinerie de formulaires et délais.

L’idée à examiner et, selon moi, à faire progresser est celle d’une désescalade réciproque et concertée d’une part, des charges pesant sur les entreprises et d’autre part, des aides directes (subventions ou subsides) qui leur sont apportées par les différents niveaux de pouvoir. Cela ferait l’objet d’un programme pluriannuel précis, préparé sur base d’un cadastre des charges et des aides directes. Au nombre des avantages d’une telle réalisation, on peut noter:

– les effets forts en termes de simplification administrative

– la simplicité en termes de communication, puisqu’il est question d’un mécanisme global plutôt que d’une somme de mesures ponctuelles

– la prédictibilité pour les entreprises et les investisseurs potentiels.

4. Tenez la distance

Respectez l’entreprise tout au long de votre mandat, relisez le mémorandum élaboré par l’UWE en vue de ces élections et soyez patients et opiniâtres. La Wallonie s’en portera mieux. 

Source : L’Echo – https://www.lecho.be/opinions/carte-blanche/Message-aux-nouveaux-elus-communaux-et-provinciaux/10059508

Conférence-débat sur les enjeux des élections communales et provinciales

Posted on Posted in CCI Wallonie Picarde, Mots du président

La Chambre de Commerce et d’Industrie de la Wallonie Picarde organisait le lundi 10 septembre, en partenariat avec l’Union Wallonne des Entreprises, sa conférence-débat entre les 4 partis politiques traditionnels et les chefs d’entreprise de Wallonie picarde. Merci à Olivier de Wasseige de l’UWE, Xavier Simon de No Télé, Christian Brotcorne, Jean-Luc Crucke, Rudy Demotte et Simon Varrasse ainsi que tous les entrepreneurs présents pour leurs interventions et la convivialité du débat tout au long de la soirée. Cette soirée était organisée dans le cadre des élections communales du 14 octobre prochain. Elle a permis de confronter les attentes des entrepreneurs aux plans d’amélioration de la région par les partis politiques traditionnels.

Compte rendu de la conférence-débat : http://www.cciwapi.be/data/1537281760Debat%20electoral.pdf

CCI Wapi : Pierre Vandeputte passe le relais à Yves Dekegeleer

Posted on Posted in CCI Wallonie Picarde, Mots du président

Le 13 septembre dernier, lors d’une garden party organisée à Pairi Daiza, l’ancien président de la CCI Wapi, Pierre Vandeputte, a officiellement passé le relais au nouveau, Yves Dekegeleer. L’occasion, notamment, pour le premier de revenir sur certaines réalisations accomplies ces 3 dernières années (interaction avec les acteurs économiques, réseau des CCI de Wallonie…), et pour le second de présenter les grands axes de son mandat (formation des dirigeants, image de la Wallonie picarde….).

Lire l’article de l’Avenir  : https://www.lavenir.net/cnt/dmf20180923_01230091/passation-de-pouvoir-a-la-cci-wapi

Plus (et mieux) d’emploi

Posted on Posted in Mots du président

L’un des chevaux de bataille de la CCI Wallonie a été, est et sera toujours la simplification administrative. C’est ce que les entreprises attendent pour mieux préparer leur croissance, en adéquation avec leurs réalités et leurs besoins.


Les mesures prises la semaine passée par le Gouvernement Wallon, sur proposition du Ministre JEHOLET, vont certainement dans ce sens:
– le Plan Formation Insertion (PFI) va redevenir plus souple et mieux axé sur les besoins des entreprises (selon ce dispositif, l’entreprise forme un demandeur d’emploi à ses besoins techniques spécifiques et l’engage ensuite pour une durée au moins équivalente à celle de la formation  – 4 à 26 semaines ou 52 semaines en cas de faible qualification);
– la toute nouvelle action « coup de poing pénuries » permet une réponse rapide et flexible à la demande d’une ou plusieurs entreprises, qui cherchent au moins 8 travailleurs pour la même fonction dans les métiers en pénurie. Une formation spécifique sera organisée alors par le Forem dans le respect des préoccupations des entreprises et en liaison avec elles;
– le troisième volet du triptyque est constitué par l’incitant de 350 € accordé à tout demandeur d’emploi réussissant une formation dans un métier en pénurie.


Ces mesures sont utiles et impliquent les entreprises, ce qui doit leur permettre certainement de rencontrer pour une bonne part les problèmes de pénurie de main d’œuvre. C’est la raison pour laquelle, avec les autres organisations intersectorielles et sectorielles, la CCI Wallonie s’est engagée à:
– sensibiliser les employeurs aux mesures de lutte contre les pénuries;
– collaborer à la mise en œuvre de ces mesures avec les centres de compétences, le Forem, l’IFAPME et les entreprises (tant disposant de capacités et compétences en formation que recherchant du personnel).

Mais d’importants progrès restent à faire en termes d’employabilité et donc de développement de l’emploi, avec des chantiers comme:
– une meilleure efficience et une accentuation de la simplification administrative dans les services et organismes publics concernés;
– l’intégration de l’employabilité dans une vision commune des différents opérateurs de l’éducation et de la formation, au travers notamment du pacte d’excellence;
– une pédagogie globale de l’entreprise, afin que son image colle à sa réalité et soit donc plus attractive pour les jeunes, comme espace de lancement et réalisation de projets excitants, vecteur de réponse à des besoins sociétaux et communauté humaine de progrès et d’émancipation.

 

Les magazines des CCI ont questionné Philippe Suinen, Président de la CCI Wallonie, sur le Brexit.

Posted on Posted in Mots du président

« Au niveau du Brexit, de la prédictibilité pour nos entreprises, svp!»

Philippe Suinen, où en sommes – nous?

– Presque nulle part malheureusement. Je m’en réfère à « Libération » qui écrivait le 20 juillet dernier: «Le chaos des dernières semaines a pourtant prouvé, une fois de plus, que ce que dit Theresa May aujourd’hui n’aura peut-être plus de valeur demain ». Et le négociateur européen, Michel Barbier, de souligner que « le débat semble encore en cours au Royaume-Uni ».

C’est grave ?

– Potentiellement, oui pour nos entreprises. Le problème est que l’échéance du 29 mars 2019 approche à grands pas et que vu les délais de ratification si un accord intervient, celui-ci devrait être conclu en octobre. Faute d’un tel accord, on se trouve devant la pire hypothèse, la Grande-Bretagne perdant tous les liens qui la rattachaient à l’Union Européenne par sa qualité de membre. Pour nos entreprises wallonnes, la Grande-Bretagne ne ferait plus partie du marché unique européen alors qu’elle est actuellement la 4ème destination de leurs exportations… Cette situation ne pourrait être interprétée que comme un manque de respect vis-à-vis des entreprises, qu’elles soient britanniques ou de l’Union Européenne.

Les Chambres de Commerce ont-elles réagi ?

– Oui. Avec nos amis du VOKA et de BECI ainsi qu’avec les Chambres de Commerce françaises, britanniques, danoises et irlandaises, nous représentons pas moins de 70 % du commerce UE – GB dans les deux directions et avons adopté une position en 3 points. Tout d’abord l’absence d’un accord (no deal) serait préjudiciable aux entreprises et doit absolument être évitée. On en reviendrait ainsi en effet à la préhistoire en matière de relations commerciales, laissant libre cours aux mesures unilatérales.

Les entreprises et l’emploi méritent mieux quand même ?

– C’est précisément ce qui correspond au 2ème point de notre position. La clarté sur les futures relations UE – GB est nécessaire dès que possible. Une prédictibilité légale à long terme est indispensable pour que nos entreprises puissent planifier le futur en confiance. Tout comme elles ont besoin de l’intégrité du marché unique européen. Cela explique que l’hypothèse d’un accord avant le 29 mars 2019 est la moins mauvaise, puisque dans ce cas, une période de transition s’ouvre automatiquement jusqu’à fin 2021, maintenant pendant ce temps le Royaume-Uni dans l’UE.

Et votre 3ème point? 

– Il réclame un Brexit respectueux des entreprises (business friendly). Pour cela, les autorités publiques doivent maintenir et faire fonctionner en temps réel des canaux d’information entre elles et vers les milieux d’affaires. Car il est indispensable d’indiquer aux entreprises quelles mesures prendre et de veiller à leur accompagnement. Et là, les CCI, qui comptent l’aide aux formalités douanières dans leur champ d’action, s’investissent dans la diffusion de l’information et l’accompagnement des entreprises.

Quid des accords commerciaux vers le reste du monde ?

– C’est aussi une question cruciale car l’on sait que, sauf maintien d’une union douanière entre l’UE et elle, la Grande – Bretagne retrouverait une capacité à négocier de nouveaux accords commerciaux directement. Les rencontres entre Mme May et le Président Trump ont été révélatrices à ce sujet. C’est pourquoi, pour éviter d’être systématiquement dribblée par la Grande – Bretagne, l’UE a grand intérêt à négocier sans tarder le plus d’accords commerciaux avec le reste du monde, améliorant ainsi la position de nos entreprises sur ces marchés.

21 juillet 2018 à 16:46