Avec le Standard et la CCI LVN, 1+1 = 11

Posted on Posted in CCI Liège Verviers Namur

C’est l’événement de fin d’année : le lancement d’un Business Club, fruit d’un partenariat inédit entre le Standard et la Chambre de Commerce et d’Industrie Liège-Verviers-Namur (CCI). Cette innovation s’inscrit dans une collaboration plus large – incluant un déménagement de la CCI  à Sclessin – qui ouvre de nouveaux horizons. Une opportunité originale à saisir par ceux qui aiment lier business et détente.

Le rendez-vous est désormais fixé une fois par mois au stade du Standard. La soirée de lancement de novembre inaugure en effet une saison riche en rencontres et en émotions. Imaginez-vous pénétrer sur la pelouse de Sclessin par le couloir des joueurs, pour prendre un apéro dans le rond central. Une expérience unique, du jamais vu ! Au programme, un débat animé à même la pelouse par une personnalité médiatique avec des invité(s) renommés issus de différents milieux (économie, sport, culture,…). Du contenu de haut niveau mais aussi des séquences de détente et d’humour inattendues. Au bout du compte, un dîner assis ou un walking dinner, selon que vous soyez « farmer » ou « hunter ». Bref, à chaque fois un événement unique, avec des rencontres privilégiées dépassant largement le cadre sportif et wallon.

La genèse de ce projet remonte à 2013, quand l’événement Meet in Liege avait fait sensation sur le terrain du Standard, avec 248 entreprises présentes et plus de 4.000 visiteurs. « J’avais été impressionné par cette capacité de mobiliser les entreprises » se souvient Bob Claes, alors directeur commercial du Standard. « Et j’avais dit à la CCI : qu’est-ce qu’on ferait bien ensemble ? ». La réponse de Christophe Mausen, chief innovation officer de la CCI, avait fusé : « Trouvez-nous 300 m² de bureaux chez vous et créons un Business Club ! ».

Depuis lors, l’eau a coulé dans la Meuse, Bruno Venanzi a succédé à Roland Duchâtelet, Bob Claes a été promu directeur général du Standard, Alexandre Grosjean, toujours président de la CCI, a aussi endossé tout récemment le costume de directeur commercial et communication du Standard, et surtout, le projet a maturé pour devenir réalité.


De nouveaux horizons
« Les membres de la CCI ainsi que les abonnés et partenaires commerciaux du Standard peuvent se réjouir, souligne Alexandre Grosjean : nous élargissons notre offre de services et nous augmentons donc leurs contacts et opportunités d’affaires. » Les publics business présents aux activités de la CCI et aux matches du Standard sont donc amenés à se mélanger, avec la certitude de toucher des secteurs économiques variés et des origines géographiques élargies. A cet égard, une collaboration est par exemple en route avec le Voka Limburg.

« Les grands clubs de football ont un rôle à jouer dans le développement économique de leur région » indique Bruno Venanzi, président du Standard. « Nos matches de football constituent par exemple des catalyseurs pour de nombreuses entreprises. Grâce au potentiel de nos installations, nous souhaitons élargir cette approche les autres jours de l’année. Notre enceinte est en effet modulable avec la possibilité de louer des espaces pour attirer tous les types d’événements dans notre région ou simplement pour mettre à disposition des locaux pour accueillir des réunions. »

Renforcement mutuel

La CCI et le Standard sont donc tout à fait complémentaires, au point que la collaboration sera forte. La Chambre quittera d’ailleurs ses bureaux de Liege Airport pour s’installer dans le stade de Sclessin en 2016, précisément à l’arrière de la tribune 3. « Ce transfert s’inscrit dans la volonté de développer l’extrasportif et de créer un pôle économique à Sclessin » précise Bruno Venanzi, dont on reconnaît là la fibre entrepreneuriale. « Nous nous positionnons dans cette dynamique » confirme le président de la CCI. « Notre démarche est prospective et anticipative par rapport à des business modèles évolutifs. Evitons de rester attentistes : nous préférons créer le futur plutôt que de le subir. »

Face à des revenus de membership et publicitaires en régression, la CCI renforce donc ses activités dans le networking et à moyen terme, dans le partage d’expériences, etc. Les nouveaux bureaux seront ainsi à l’image de ces ambitions : des infrastructures très design et d’un nouveau style, favorisant le travail collaboratif. La présence de la CCI au stade favorisera en outre la communication avec les différents partenaires, notamment du Business Club.

Ce déménagement constitue donc un pas supplémentaire dans les ambitions extrasportives du  Standard. La CCI et le club comptent ainsi renforcer leur rôle de levier économique au service de la région. La balle est aussi dans le camp de chacun d’entre vous. Premier rendez-vous en décembre !

Faut-il être supporter du Standard pour participer – ou pour se sentir à l’aise – aux activités de 1+1=11 ?
Evidemment que non ! Dans la vie de tous les jours, les chefs d’entreprises font des affaires indépendamment du club sportif qu’ils soutiennent, ou de l’idole qu’ils vénèrent. Ils sont capables de prendre de la distance, et en même temps de se charrier. De plus, notre Business Club accueillera également des invités d’autres clubs de football.

Les résultats auront-ils une influence sur la vie du Business Club ?
Nous nous adressons à une cible composée de personnes actives dans le business. Si de bons résultats peuvent procurer de l’enthousiasme dans les affaires, il n’y a pas de raison de réduire ses activités si le Standard connaît une période sportive difficile.

L’équipe en place
Christophe et Vincent Mausen, Frédéric Van Vlodorp : voilà le trio qui porte le nouveau Business Club 1+1=11 en collaboration avec le Standard. Les deux frères sont notamment connus pour leur créativité en matière de networking (Entre’Preneurs, Pop Up d’ailleurs sélectionné parmi les 3 events nominés au B2B Press & Communication Awards,…).
Le troisième larron vient en renfort pour aider la CCI à réussir ce nouveau projet. Ancien journaliste (notamment rédacteur en chef de Trends Tendances, chef d’édition de La Libre Belgique et rédacteur en chef de la Gazette de Liège), Frédéric Van Vlodorp a aussi été actif dans la communication (entre autres à Meusinvest et à la SPI). Il travaille depuis plusieurs années sur différents projets qui ont conforté son expérience dans l’événementiel, sa connaissance du monde de l’entreprise et son carnet d’adresses. Ce Modavien est aussi supporter du Standard depuis sa tendre enfance, époque où il venait au stade avec un certain …Bruno Venanzi !

CCI LVN – Continuellement s’adapter pour répondre aux attentes des entreprises.

Posted on Posted in CCI Liège Verviers Namur

La CCILVN travaille à l’écoute des entreprises. Pour répondre aux attentes et besoins concrets, elle adapte son organisation en pôles métiers :

  1. l’information socioéconomique
  2. la mise en réseau
  3. le partage d’expérience
  4. la mutualisation
  5. le support à l’international

– Le pôle Information focalise principalement son activité sur le CCI Mag (mensuel), le CCI Mag online,

la Revue de Presse quotidienne, les réseaux sociaux.

– La mise en réseau offre une palette d’évènements de Networking (Made IN, …), de conférences (gestion, patrimoine, sécurité, environnement, …).

– Le pôle partage d’expérience se décline principalement en 2 concepts complémentaires :

Alter Ego et CCI Number1 Network (CNN), se déroulant en cycles annuels .

– La mutualisation intègre notamment le concept des tables de conversation (Anglais, Néerlandais, Allemand) et le groupement d’employeurs (partage de ressources spécifiques, entre entreprises).

– Le support à l’international couvre à la fois les missions déléguées (certificats d’origines, carnets ATA, visas, …), les formations aux formalités douanières, les journées Via-Via, …

www.ccilvn.be

CCI Hainaut – Accompagner ou soutenir de nouveaux entrepreneurs : pourquoi pas vous ?

Posted on Posted in CCI Hainaut

Stimuler l’entrepreneuriat chez les jeunes et les moins jeunes. Accompagner des entrepreneurs en devenir. Ces défis, une multitude d’organismes tente de les relever chaque jour. Parmi ceux-ci nous en avons épinglé trois : Réseau Entreprendre, YouthStart et les Jeunes Entreprises.

Toutes ces initiatives ont besoin d’hommes et de femmes issus du secteur des entreprises – vous peut-être ? – pour soit devenir conseillers, accompagnateurs ou « parrains » auprès de nouveaux entrepreneurs, soit pour leur fournir un soutien moral, financier ou matériel.

Certains le font déjà par passion de l’entrepreneuriat, d’autres par envie de partager leurs compétences, d’autres encore soutiennent ces actions dans un esprit de citoyenneté économique : participer à la création d’entreprises, c’est contribuer à l’émergence de nouveaux créateurs d’emplois et de richesses…

Réseau Entreprendre est un réseau local (Réseau Entreprendre Wallonie) national et international d’entraide, avec pour mission de :

  • Mobiliser des chefs d’entreprises de leur région pour conseiller, orienter, accompagner des créateurs et repreneurs de PME à potentiel.
  • Faire réussir des entrepreneurs en leur proposant un accompagnement par un chef d’entreprise expérimenté, en permettant des échanges et de l’entraide avec d’autres entrepreneurs, en facilitant l’accès aux banques ou encore en favorisant l’intégration des lauréats dans le tissu économique.

Chiffres clés :
87% des entreprises accompagnées par Réseau Entreprendre sont toujours en activité après 3 ans

YouthStart, anciennement « NFTE Belgium », a pour mission de stimuler les jeunes et jeunes adultes en difficulté grâce à une formation pratique et interactive sur l’entrepreneuriat et l’esprit d’entreprendre. Ces formations s’adressent aux jeunes qui n’ont pas terminé leurs études secondaires afin d’augmenter leurs chances de s’intégrer socialement et professionnellement.

Grâce au soutien financier et matériel d’entreprises partenaires, les jeunes ont la possibilité de suivre cette formation YouthStart gratuitement. Leur soutien peut revêtir d’autres formes tels que participation à un jury, coaching après formation, visite d’entreprise, etc.

Chiffres clés : Quelques 11% de leurs participants sont devenus entrepreneurs, càd. trois fois plus que la moyenne nationale (de 3,5%). Chaque entrepreneur NFTE met en outre à son tour au travail quelques 3,5 personnes !

Les jeunes Entreprises cherchent à promouvoir chez les jeunes l’esprit d’initiative et le sens des responsabilités en leur permettant d’acquérir une certaine expérience pratique de la vie professionnelle. Leurs programmes nécessitent aussi l’appui, le conseil, l’expertise d’un adulte issu du monde professionnel, un « coach ».

Leur programme Mini-Entreprise offre la possibilité aux étudiants de 5ème, 6ème, 7ème secondaires, de créer et gérer une entreprise de petite taille en quelques mois, pendant l’année scolaire, le tout encadré par des enseignants et des professionnels du monde des affaires.

Leur programme YEP (Young Entreprise Project) est un programme d’apprentissage de création d’entreprise destiné principalement aux étudiants et aux enseignants de l’enseignement supérieur, universitaire et non-universitaire.

Sites web :

http://www.reseau-entreprendre-wallonie.org

http://www.youthstart.be/

http://www.lesjeunesentreprises.be/

Article extrait de la newsletter de la CCI Hainaut « Crescendo » (avril-mai 2015)